Innover pour faire face à une situation extrême : le fonds Bêkou (République Centrafricaine)

Fonds Bêkou
Afin d’améliorer l’articulation entre interventions d’urgence et de développement en République centrafricaine, la Commission européenne, l’AFD, la coopération néerlandaise et la banque de développement allemande KFW mutualisent leurs financements en faveur de la gestion de la crise en République Centrafricaine. Philippe Chedanne et Olivier Ray, de l’AFD, nous en expliquent les enjeux en vidéo.

 

Le Fonds Bêkou (« espoir » en langue sango) a été créé pour permettre l’accès des populations aux services essentiels (eau et assainissement, alimentation, soins, etc.) et la relance de l’activité économique dès que la situation sécuritaire le permet.

Interview vidéo de Philippe Chedanne, directeur adjoint du département Afrique et Olivier Ray, en charge de la Cellule Prévention des crises et sorties de conflits de l’AFD, nous en expliquent les objectifs et les innovations du Fonds Bêkou en vidéo.

Car s’il n’y a pas de développement possible sans un minimum de sécurité, il est illusoire d’espérer un retour à la paix si le pays ne renoue pas avec une dynamique de développement. Le fonds permettra également de financer des actions dans les pays limitrophes affectés par la crise.

 

 

Quels montants ?

Le montant initial du fonds pour 2014 et 2015 sera supérieur à 60 millions d’euros (41 millions d’euros de la Commission européenne, 10 millions d’euros de la France, auxquels l’Allemagne a l’intention d’ajouter 10 millions d’euros). Les Pays-Bas ont également fait part de leur intention de participer. Il est ouvert aux États membres et à tout autre bailleur souhaitant s’appuyer sur l’expertise du système européen d’aide au développement.

L’acte constitutif de ce Fonds a été signé ce jour à Florence, en marge de la réunion informelle des Ministres en charge du Développement, en présence de Mme Florence Limbio, ministre centrafricaine la coopération internationale, par Mme Annick Girardin, secrétaire d’État au Développement et à la Francophonie, Mme Lilianne Ploumen, ministre de la Coopération des Pays-Bas, M. Gerd Müller, ministre du Développement de la République fédérale d’Allemagne, et de M. Andris Piebalgs, commissaire européen au Développement.

Le Fonds Bêkou : une innovation pour optimiser la coordination de l’aide

La communauté internationale a un bilan mitigé en matière de stabilisation et de reconstruction post-crise. Le Fonds Bêkou répond à la nécessité de passer un cap en matière de coordination de l’aide internationale dans ces contextes. La sortie progressive de la crise en RCA représente l’opportunité d’expérimenter un passage progressif de l’urgence au développement par des projets permettant de renforcer la crédibilité de l’État, de contribuer à la réconciliation de la société et de créer des emplois.

La mise en œuvre des projets sélectionnés sera assurée par l’agence de développement de la Commission européenne ou déléguée aux agences de développement, principalement européennes. Le fonds est soumis aux règles européennes en matière de contrôle, de transparence et de redevabilité. Sa gouvernance assurera une pleine représentation des autorités centrafricaines.

Anne Paugam, directrice générale de l’AFD : « Je suis heureuse que cette initiative française ait pu aboutir si rapidement en un véritable partenariat européen au service de la stabilisation en République centrafricaine. Le Fonds Bêkou doit permettre que la Centrafrique, qui bénéficie aujourd’hui de l’attention des médias, ne retombe pas dans les années à venir dans le statut d’orphelin de l’aide internationale. Ce fonds, qui a vocation à financer des projets de développement économique et social, sera complémentaire des dispositifs existants, notamment ceux de l’ONU dans les domaines de l’humanitaire et de la gouvernance. Il est ouvert aux contributions de ceux qui souhaiteraient participer à l’effort de stabilisation et de reconstruction de la République centrafricaine. »

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+