Expérience pilote de mise en place et d’appui à la gestion et l’organisation décentralisées des services d’alimentation en eau et d’assainissement dans la Commune Urbaine de Kindia

cofinancement Communauté urbaine de Nantes

Source de financement : 1ère Facilité Eau
Chef de file : Communauté urbaine de Nantes
Partenaires : Communauté urbaine de Kindia (Guinée), Association Guinée 44 (France), Association Internationale
des Maires Francophones (AIMF)
Montant de la subvention : 656 000 euros (soit 75% du total des coûts éligibles)
Durée de l’action : 49 mois (36 mois et 2 avenants)
Année de mise en oeuvre : 2007

La coopération entre Kindia, commune urbaine de 150 000 habitants située dans le sud-est de la Guinée à 150 kilomètres de Conakry et la Communauté urbaine de Nantes résulte notamment de l’engagement préalable et pérenne de l’Association ligérienne « Guinée 44 », appelée depuis 2008 « Coopération Atlantique-
Guinée 44 ».

KindiaPrésente sur le territoire de la communauté urbaine de Kindia depuis 1994 et créée à l’initiative du Conseil général de Loire Atlantique afin de développer une coopération citoyenne entre les acteurs du Département et les habitants de la région de Kindia, l’Association « Guinée 44 » a, en 2006, forte de son expérience passée et à la demande de plusieurs partenaires français et étrangers, étendu ses activités à l’échelle de la région de Kindia et au-delà, se transformant alors en ONG de solidarité internationale.

Dans le même temps, la commune de Kindia se trouvait également en 2006 face à une situation alarmante en matière d’accès à l’eau potable et de qualité de l’eau potable.

En effet, l’existence d’une multiplicité d’acteurs locaux ne disposant ni des compétences ni des moyens suffisants à l’exercice de leur mission ne permettait pas une gestion adaptée des services eau et assainissement. La situation locale était de fait caractérisée par des infrastructures d’eau potable dégradées, des infrastructures d’assainissement quasi inexistantes et par un taux de couverture en eau potable de la population inférieur à 50%. Dans un contexte de forte croissance démographique, face aux conséquences pour sa population en termes de maladies hydriques et à la crise de confiance engendrée par cette gestion inadaptée, la commune de Kindia a ainsi sollicité l’appui de l’Association Guinée 44, laquelle a à son tour fait appel à l’expertise et au savoir-faire de Nantes Métropole dans le domaine de
l’eau.

Dans un premier temps, la Commune urbaine de Kindia a donc conduit, avec l’appui de l’association Guinée 44, un diagnostic territorial qui a débouché en juillet 2007 sur un plan de développement local intitulé « Kindia Horizon
2015 ». Parallèlement, afin de disposer des fonds nécessaires à la mise en place d’un service public local de l’eau performant à Kindia, Nantes Métropole a sollicité en juin 2006 l’appui de l’Union européenne dans le cadre de la Facilité eau. L’objectif principal de ce programme développé avec le soutien de l’UE a ainsi été la mise en place d’une autorité organisatrice en matière d’eau et assainissement au sein de la municipalité de Kindia, l’Agence Communale de l’Eau et de l’Assainissement de Kindia (ACEA).

Structure de concertation et d’action qui compte notamment la Mairie, la Société des Eaux Guinéennes (SEG) et le Service National d’Aménagement des Points d’Eau (SNAPE) au sein de son Conseil d’Administration, l’ACEA vise à rassembler les acteurs locaux et les services de l’Etat déconcentrés afin d’assurer la pérennité d’un modèle consensuel d’organisation municipale des services d’alimentation en eau potable et d’assainissement que ce programme a permis.

Outre la création de cette entité et la mise en place d’un mode pilote de gestion et d’exploitation de ces services d’eau et assainissement, les activités du programme ont veillé à permettre l’appropriation de la stratégie municipale par les différents acteurs de la filière eau et assainissement locale et à les encourager à établir un plan d’action afin d’améliorer et pérenniser leurs performances. Des actions ont également été menées afin de faire évoluer les habitudes et pratiques de la population de Kindia, notamment en termes de connaissance et d’exercice de ses droits et responsabilités en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement et d’intégration des risques sanitaires liés à l’eau. Au-delà de l’évolution des comportements individuels cruciale pour l’efficacité du projet, les actions de sensibilisation et de communication menées ont permis d’assurer que le lien avec les bénéficiaires finaux du projet soit préservé.

Le projet a ainsi permis d’améliorer la couverture en eau potable de la population et la qualité de l’eau potable distribuée, contribuant de ce fait à réduire les maladies hydriques à Kindia. Il a également permis le renforcement des capacités des acteurs locaux du secteur de l’eau et l’amélioration de leurs performances. A l’issue de ce projet, en raison de la fragilité de l’ACEA, Nantes Métropole a, en partenariat avec plusieurs communes de l’agglomération nantaise et sans le soutien de l’UE, poursuivi son soutien institutionnel au travers d’un autre projet de coopération mené sur Kindia et sa région, le projet « Trois Rivières ».

Plus récemment, dans l’optique de mutualiser l’expertise capitalisée dans le cadre de cette coopération en matière
de renforcement institutionnel et de bonne gouvernance dans les domaines de l’eau, de l’assainissement et des déchets,
Nantes Métropole a sollicité le soutien de l’UE dans le cadre du programme ANE-AL afin d’élargir cette coopération bilatérale à la Commune de Dschang (Cameroun) et à l’Association des Maires de Grande Anse (AMAGA – Haïti).

N’ayant pas obtenu le soutien de l’UE, Nantes Métropole a néanmoins amorcé cette démarche de mutualisation et projette de solliciter à nouveau le concours de l’UE pour ce programme, en tenant compte les observations formulées lors du premier dépôt.

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+