Mauritanie : Lutter contre l’excision et les mariages précoces

 

 

El KaramatLe SPF et El Karamat mènent un programme de lutte contre les excisions et les mariages précoces dans la région d’Hodh el Garbi, où ces pratiques sont encore bien ancrées

70 % des Mauritaniennes ont subi une forme d’excision. Au-delà de l’atteinte aux droits des femmes et du traumatisme psychologique, cette pratique  a des répercutions désastreuses pour la santé : risques d’infections, difficultés à uriner, stérilité, transmission du VIH, etc. Même si les politiques nationales luttent contre les mutilations génitales, les traditions sont bien ancrées. C’est le cas également pour les mariages précoces, pourtant interdits par la loi. Près de 30% des filles sont mariées avant l’âge de 15 ans.
Le SPF et El Karamat mènent un programme de lutte contre les excisions et les mariages précoces dans la région d’Hodh el Garbi. Plus de 3 000 personnes ont été sensibilisées. Sous forme participative, des sessions de formation ont apporté un éclairage sur ces pratiques : aspects sociologiques, religieux, sanitaires, conséquences sur la santé, rappel de la loi et des peines pour les auteurs des infractions. Les relais dans les communautés, tels que les chefs de village et les leaders religieux ont été pleinement associés, tout comme les exciseuses auxquelles des reconversions professionnelles ont également été proposées.

 

 

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+