Programme COPRA : « Coopérer pour réussir l’avenir »

 

 

cofinancement

 Collectivités de la Région Franche-Comté

collectivites francaises suisses et burkinabè

 

Collectivités franc-comtoises et burkinabè : un programme participatif de développement local durable en milieu urbain et péri-urbain.

 

 

 

 

Contexte

Investies depuis de nombreuses années auprès des autorités locales au Burkina Faso, les collectivités de la région Franche-Comté (FR) et la ville de Neuchâtel (Suisse) ont décidé de mutualiser leurs programmes de coopération pour accroître l’efficacité de leurs actions. Il s’agit d’accompagner les autorités locales burkinabè pour répondre aux enjeux du développement local dans leurs territoires.

Les collectivités Burkinabè

 

collectivites_burkinabe

Les collectivités françaises et suisses

 

collectivites_francaises_suisses

Un ancrage local et une démarche multi-acteurs

Au Burkina Faso, la région Centre et quatre communes rurales travaillent en partenariat avec dix autorités locales françaises et Suisse. Le projet COPRA rassemble les efforts des partenaires français, suisse et burkinabè dans une démarche de mutualisation. Au lieu de mener des actions isolées, les partenaires ont choisi d’unir leurs efforts pour renforcer l’efficacité de leurs coopérations.

Le projet bénéficie aussi du concours des associations de solidarité internationale présentes au Burkina Faso et en France. Ce partenariat multi-acteurs permet d’optimiser les budgets alloués à la coopération en favorisant la cohérence des actions menées au Burkina Faso. En capitalisant les expériences, cette mise en commun doit permettre aux acteurs locaux d’acquérir des moyens d’actions propres. Ainsi, une population estimée à plus de 1 244 380 habitants sera concernée de manière directe ou indirecte par le programme COPRA.

L’éducation et la formation au centre du projet COPRA

Pour lutter contre la pauvreté et améliorer durablement les conditions de vie des communautés rurales au Burkina Faso, le projet COPRA s’appuie sur le développement local et la participation des populations burkinabè. Il s’articule autour de quatre axes que sont l’agriculture durable et l’alimentation, l’eau et l’assainissement, le tourisme et la valorisation du patrimoine, la lutte contre la fracture numérique.

Pour chaque axe du projet, l’éducation et la formation sont au centre des actions. Ecole de la deuxième chance et formation professionnelle pour les enfants déscolarisés et non scolarisés, formation des producteurs agricoles, des guides touristiques ou des techniciens sur l’eau potable et l’assainissement, le renforcement des compétences est au coeur du projet pour permettre aux populations de renforcer leur autonomie et jouer un rôle actif dans le développement de leurs territoires.

Pour les partenaires du projet COPRA, l’éducation et la formation sont des leviers pour accroître les revenus, insérer les jeunes dans le tissu socio-professionnel, améliorer la santé, en vue de réduire la pauvreté dans dans une perspective de développement durable. Dans le projet, l’éducation joue aussi un rôle essentiel en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes et l’amélioration de la gouvernance locale.

Scolariser des enfants et des adolescents

Les Centres d’Education de base Non Formelle (CEBNF) scolarisent des enfants et des adolescents déscolarisés ou jamais scolarisés. Outre un enseignement de base en lecture, calcul et écriture, cette pédagogie éduque aussi concrètement à l’hygiène, à la santé, au respect de l’environnement, au moyen de malles pédagogiques et avec l’aide d’animateurs formés aux pratiques de l’enseignement non formel. Les élèves les plus motivés peuvent reprendre un cursus scolaire normal ou entreprendre des formations professionnelles débouchant sur un métier.

Agriculture et alimentation : Former les populations… et des formateurs

Des producteurs locaux bénéficient de formations et deviennent à leur tour formateurs et personnes ressources destinées à pérenniser une véritable dynamique de changement pour la mise en place de circuits de distribution, de filières de maraîchage et de coopératives agricoles.

Eau et Assainissement : sensibilisation des populations et formation des techniciens

Pour garantir aux populations locales un accès durable à l’eau potable et à l’assainissement dans l’ensemble des villages composant les communes rurales, la sensibilisation des populations et la formation des techniciens permettent d’accompagner le développement ou la réhabilitation des infrastructures.

Au plus proche des utilisateurs, des outils pédagogiques sont développés pour sensibiliser les populations et participer aussi à l’éducation au développement durable.

Pour assurer des politiques d’accès à l’eau potable et l’assainissement pérennes, les élus et les techniciens bénéficient de formations adaptées pour posséder les compétences communes qui leur permettent de définir les priorités d’action et les porter auprès des populations, d’organiser la recherche de ressources financières et surtout de maintenir en bon état de fonctionnement les infrastructures et installations locales. Les communes bénéficient d’un appui-conseil à la maîtrise d’ouvrage en vue de renforcer la gouvernance locale de l’eau et l’assainissement.

Tourisme de valorisation du patrimoine

A l’instar de l’ensemble du pays, les communes du projet mutualisé regorgent d’un important patrimoine culturel et naturel. L’un des axes du projet mutualisé est de développer et promouvoir un tourisme rural responsable valorisant ce patrimoine dans le but de d’améliorer durablement les moyens et conditions d’existence des communautés villageoises.

Education et TIC : alphabétisation numérique

La faible utilisation des Technologies de l’Information et de la Communication au Burkina Faso est criante alors que la circulation de l’information et du savoir qu’elles permettent constituerait un formidable levier de développement. Le développement des TIC dans des zones périurbaines comme Tanghin Dassouri et Komki Ipala est prioritaire.
La réponse à la question de la fracture numérique ne se limite pas à l’implantation de points d’accès : le projet d’alphabétisation numérique prend notamment en compte le contexte multilingue de la population en proposant la mise à disposition d’outils numériques dans la langue première des publics cibles.

 

Contact : CERCOPP  Franche-Comté

En savoir plus sur le projet

COPRA 2010-2015

PARTENAIRES : Conseil régional du Centre, communes rurales de Zimtanga, Douroula, Komki Ipala, Tanghin Dassouri, ville de Neuchâtel, ville et communauté d’agglomération de Belfort, Conseil général du Territoire de Belfort, ville et agglomération de Montbéliard, syndicats des eaux de Giromagny et de Rougemont-le-Château, conseil général du Doubs, ville de Besançon, CERCOOP Franche-Comté, Agence CORADE.

OUTIL DE FINANCEMENT :  Autorités locales et le Ministère français des Affaires étrangères .

Burkina Faso

PartagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+