Une société sans argent liquide… Pourquoi pas ?

Depuis des siècles, l’argent fait partie de la vie quotidienne, que ce soit à travers les minerais échangeables ou avec sa création de la main de l’homme. La monnaie est née avec la création de pièces d’or et d’argent pour permettre la facilitation des échanges commerciaux sans avoir à user du troc. C’est donc pour fluidifier le marché, adapter ses échanges monétaires, et dynamiser les achats de produits ou de services que l’argent en tant que tel a été créé. Ensuite, une nouvelle monnaie est entrée en vigueur avec les pièces et les billets connus aujourd’hui, tout en conservant une valeur en fonction de l’or. Puis, toujours dans une logique de facilitation des échanges, la valeur de la monnaie a été décorrélée de la valeur de l’or pour devenir ce qu’elle est à ce jour. Cette logique est toujours d’actualité puisque l’argent physique disparaît petit à petit pour laisser la place aux moyens de paiement « virtuels ». Toutefois, une société sans argent physique est-elle envisageable ?

L’introduction de nouveaux moyens de paiement bouleversant l’usage de la monnaie

Si les pièces et les billets sont dans le quotidien de chacun depuis des siècles, leur présence dans les transactions quotidiennes est de moins en moins commune. Depuis quelques années, de nouveaux moyens de paiement voient le jour et changent la donne sur l’utilisation de l’argent liquide. Quels sont ces moyens de paiement numériques ?

Les cryptomonnaies

Avec le développement des paiements par internet, les cryptomonnaies ont su tirer leur épingle du jeu en proposant un système sécurisé de monnaies dématérialisées. Ayant explosé au cours de ces deux dernières années, elles permettent le paiement de nombreux produits (Tesla accepte par exemple désormais le Bitcoin comme moyen de paiement), et la confiance qui leur est accordée augmente de jour en jour.

PayPal

Créé en 1998, c’est l’un des services de paiement en ligne le plus répandu dans le monde. Le site permet de faire des transactions rapides et sécurisées, que ce soit pour un usage simple (pour les particuliers) ou plus poussé (pour les utilisations commerciales et professionnelles).

Le paiement sans contact

Ce moyen de paiement a été expérimenté dans les années 1990, mais a vu le jour en France en 2005 avec six mois de test. Il est ensuite entré en fonctionnement dans les cartes bleues pour faciliter les paiements à bas coût, et augmenter la rapidité d’exécution. À ce jour, sur 11.8 milliards de transactions, 4.6 milliards ont été payées en sans contact via des terminaux de paiement. Soit plus d’un tiers de l’intégralité des paiements !

Apple Pay, Google Pay, Samsung Pay

Ce sont des systèmes directement intégrés aux smartphones, et offrant la possibilité de payer sans contact les produits du quotidien. Le principe est simple. Il faut ajouter sa carte bancaire à son portefeuille électronique, et le tour est joué. La carte va se « dématérialiser » dans le téléphone, puis une technique de tokenisation va sécuriser les paiements effectués ainsi que la carte en elle-même. Simple et efficace.

Les e-cartes bancaires

Si les cartes bleues peuvent être source d’inquiétude lors d’usage sur le web, les e-cartes sont pour leur part une valeur sûre des transactions électroniques. Cette méthode permet de ne fournir à aucun moment son numéro de carte. Pour ce faire, une application (ou un logiciel) va générer une nouvelle carte bancaire virtuelle qui sera valable pour un seul paiement. C’est le moyen d’assurer le bon déroulement d’une transaction sur internet.

Quelles entreprises sont les forces motrices de ces moyens de paiement ?

Pour que ces nouveaux moyens de paiement aient pu autant se développer, c’est que les géants de l’e-commerce leur ont fait confiance. Les cryptomonnaies peuvent par exemple compter sur un grand nombre d’entreprises : Blanc du Nil, Reddit ou encore Château Marlow acceptent ces monnaies dématérialisées pour le paiement de leurs produits. Pour sa part, Twitch adopte à nouveau le Bitcoin comme moyen de transaction sur sa plateforme – une réintégration suite à son changement de cap en mars 2019. C’est une preuve supplémentaire de la confiance de la société envers ces nouveaux acteurs de l’économie mondiale. PayPal de son côté, peut compter sur AliExpress, Castorama, ou encore de nombreuses plateformes d’iGaming. Entre autres, le casino en ligne Betway accepte les paiements virtuels par cet intermédiaire pour accéder à ses jeux. En outre, le secteur du voyage n’est pas en reste puisqu’Air France intègre aussi les transactions par PayPal pour les réservations de vols. C’est un gage de sécurité supplémentaire, sachant que les transactions en sans contact, e-cartes bancaires ou via le smartphone sont aussi en nette augmentation en raison de la hausse du montant maximal autorisé (de 30€ à 50€). De son côté, l’argent liquide est en chute libre et est de moins en moins utilisé.

Une société sans argent liquide à venir ?

C’est une interrogation plus que présente dans la société. La suppression de l’argent liquide aurait pour objectif de limiter les fraudes et simplifier les paiements. Si cette situation devait advenir, cela débuterait sans aucun doute par l’éviction des pièces rouges (de 1, 2 et 5 centimes) et continuerait progressivement, jusqu’à la disparition totale de la monnaie physique. Comme relayé par LCI dans son article, l’idée ne fait pas du tout l’unanimité et les discordes se font entendre, rendant le projet impossible à mettre en place. Mais d’ici une dizaine d’années, sera-t-il toujours possible de payer avec des pièces et des billets ? Seul l’avenir le dira.

Avec l’augmentation constante des moyens de paiement dématérialisés, l’utilisation du liquide a fortement diminué. La réduction de son usage pose des questions, à savoir si la suppression de la monnaie physique doit avoir lieu. De plus en plus de secteurs adoptent ces moyens de paiement, et avec la démocratisation d’internet, il est difficile d’imaginer un rebond dans l’utilisation des pièces et des billets. Mais une société sans liquide est-elle imaginable ? En tous les cas, pas pour le moment.

Commenter l'article